Un lieu très photographié

Au fil de mes lectures, plusieurs photos prises à Caen, voici:

   

 "8 juillet. Place de l'Ancienne Boucherie, une maison vient de subir un bombardement et vient de s'effondrer. Un char Panther, en arrière garde du SS-Panzer-Regiment 12. passe devant les ruines" (Photos: coll. JP. Benamou)

Source pages 206 et 207 de ce livre la photo de gauche est présentée également dans ce livre page 201 sans légende.

Source site de la ville de Caen également page 110 de ce livre avec cette légende:

"des sauveteurs, membres des équipes d'urgence et de la défense passive, s'activent dans les ruines. Le second personnage à gauche est Monsieur Jean-Marie Girault le futur maire de Caen."

 

Source le site de la ville de Caen

Source ce site avec cette légende: p010274 "Photo: Conseil Régional de Basse-Normandie / Archives Nationales du CANADA" Des Français se rassemblent autour d'un véhicule chenillé pour recevoir des cigarettes et des sucreries des soldats canadiens. En arrière-plan, les immeubles sont fortement détruits. 11 juillet 1944. Caen (Calvados)

Source ce site avec cette légende: Canadians capture Caen. Caporal J.R. Pelletier in Bren carrier handling out cigarettes to civilians. 10 July 1944, Caen, France.  Remarquez le traçage pour le développement. Séquence filmée voir en 4:22

Source Fonds d'un ami. Le Caporal J.R. Pelletier dans un Bren carrier distribue des cigarettes à un civil en vélo, en arrière-plan avec un casque blanc et une croix de Lorraine sur se veste un membre de la DP

Sur ce site avec cette légende p011896 "Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA" Deux soldats britanniques s'affairent autour d'un trou dans une rue de Caen. D'autres soldats les regardent travailler.

Sur ce site avec cette légende: p000006 "Conseil Régional de Basse-Normandie / Archives Nationales du CANADA" Un couple d'habitants regarde un bulldozer canadien déblayant les ruines de maisons détruites, rue de Bayeux, à Caen. En arrière-plan, les deux clochers de l'abbaye aux Hommes sont restés intacts malgré les bombardements alliés. 10 juillet 1944.

Ces 8 photos ont été visitées sur plusieurs années, stockées dans plusieurs fichiers concernant Caen. Certaines associations sont évidentes, par exemple les deux photos avec le Panther:

8 juillet. Place de l'Ancienne Boucherie, une maison vient de subir un bombardement et vient de s'effondrer. Un char Panther Ausf G, en arrière garde du SS-Panzer-Regiment 12. passe devant les ruines" (Photos: coll. J-P. Benamou)

Un simple examen visuel et la lecture de la légende indique que les deux photos sont prises au même endroit. Un agrandissement de la photo gauche donne les informations suivantes:

Deuxième association, les deux photos du site de Caen:

 

 Là aussi un simple examen visuel indique la même scène, le repérage est aisé, deux indications:

Troisième association: les trois photos d'un Bren

 Un examen visuel montre le même soldat dans un Bren avec les indications suivantes:

- deux dates différentes le 10 et le 11 juillet

- l'Arm of Service 41 à l'avant du Bren, à Caen à cette date ce ne peut être que le 7th Reconnaissance Rgt (17th Duke of York's Royal Canadian Hussars) 3rd Canadian ID  .

- deux lieux différents voir l'arrière plan et deux clochers différents. Nous reviendrons dessus.

Quatrième association:

Malgré les légendes d'origine suivantes:

Deux soldats britanniques s'affairent autour d'un trou dans une rue de Caen. D'autres soldats les regardent travailler.

 Un couple d'habitants regarde un bulldozer canadien déblayant les ruines de maisons détruites, rue de Bayeux, à Caen. En arrière-plan, les deux clochers de l'abbaye aux Hommes sont restés intacts malgré les bombardements alliés.

Il est aisé de reconnaître le même lieu: le bas de la rue de Bayeux en regardant Saint Etienne; un zoom indique que les soldats ne sont pas Britanniques mais Canadiens appartenant au 16th Canadian Field Company RCE et un bulldozer du 3rd Field Park Coy, RCE  de la 3rd Canadian ID .

De nos jours

Ainsi nous sommes passés de 8 à 4 photos !

Ensuite des rapprochements dus au sens de l'observation de Claude:

Nous déterminons que le Bren est garé dans le bas de la rue de Bayeux, le clocher visible sur la photo est le clocher Nord de Saint Etienne. AGRANDISSEMENT

La seconde photo du Bren correspond à l'emplacement du garage et des ruines fumantes du 8 juillet. AGRANDISSEMENT. Nous cherchons un garage, près d'un immeuble en ruines suite à un bombardement du 8 juillet. La construction au sommet avec un toit à quatre pentes nous a emmené sur une fausse piste à savoir l'église Saint Sauveur. A l'examen de la tourelle, sous le toit c'est une simple fenêtre ! Ce type de construction est visible par exemple rue Saint Manvieu

"Source Google Maps" Le 10 rue Saint Manvieu.

 Mais dans cette rue pas de garage et pas de destructions en 1944

Si nous regroupons ces 4 photos, nous obtenons:

Les deux photos du site de la ville de Caen (dont une localisée au quartier Saint-Sauveur), le Panther le 8 juillet, Place de l'Ancienne Boucherie ainsi que le Bren canadien le 11 juillet sont toutes prises au même endroit ! Nous mettons en évidence des légendes erronées. AGRANDISSEMENT.

Le repérage qui a tout résolu !

Le bas de la rue de Bayeux à droite les numéros pairs AGRANDISSEMENT

Nous arrivons ainsi à la conclusion suivante: les 8 photos ont été prises au même endroit dans le bas de la rue de Bayeux, voici le montage final:

Le Panther est devant la venelle Saint Nicolas, le garage est à l'angle de cette venelle et de la rue de Bayeux. Il appartenait à M. Leloup aujourd'hui

Le Bren est arrêté devant la venelle Crespellière (de nos jours), les deux photos ont été prises au même endroit c'est le photographe qui est passé de droite à gauche de l'engin, photographiant les deux côtés de la rue ayant subis un bombardement.

Sur le plan ci-dessous la position du Bren

Ce plan est en annexe de ce livre il est colorisé en fonction des destructions, 18 est la venelle Crespellière et 19 la venelle Saint Nicolas les destructions visibles sur les photos des deux côtés de la rue de Bayeux sont bien indiquées.

Extrait du témoignage de M.Jean-Marie Girault   paru dans l’Express du 28 avril 1994:

8 juillet, dès 8 heures du matin, des avions continuent, vague par vague, de lâcher des chapelets de bombes. Je me rends au PC des Equipes d'Urgence. Soudain, une violente déflagration. Les vitres des maisons volent en éclats. Une torpille anglaise vient de tomber rue de Bayeux, à la hauteur du n° 14. On tente de déblayer les gens ensevelis. J'aide à transporter des blessés ensanglantés. Je vois peu à peu mes chaussettes et mon pantalon se teindre en rouge...

Extrait de ce livre de Joseph Poirier :

8 juillet,  à 8 heures, nouveau raid. Quelques bombardiers (3 groupes de 4 B-26 américains ) qui visent certainement la Place de l'Ancienne-Boucherie lancent d'énormes bombes rue de Bayeux et rue de Bretagne. Cela n'a duré que quelques minutes et il y a plus de 50 victimes. Une famille entière de 6 personnes est tuée. Huit grands immeubles sont complètement anéantis et l'incendie se déclare dans les immeubles voisins. Les secouristes s'affairent et pendant toute la journée les équipiers de la D.P. et des formations de jeunesse retirent des blessés et surtout des morts des décombres fumants.

Extrait de ce livre :

A midi, trois Panther descendent la rue de Bayeux, venant de la Maladrerie, en faisant vibrer la chaussée de leurs 45 tonnes d'acier. Arrivés sur la place où l'on recherche toujours des blessés et des emmurés, deux mastodontes manœuvrent pendant que le troisième oblique rue Caponière. Ils reculent, l’un contre l'immeuble affaissé, canon braqué sur la rue de Bayeux, l'autre se plante rue St-Martin d'où son long ­tube pivote dans un sifflement de moteur électrique, sur la rue Caponière.

J'ajoute ces deux photos "retrouvées" depuis:

Source page 293 de ce livre deux hommes de la DP avec un soldat canadien devant les ruines de l'immeuble.

La même avec un cadrage diiférent, source.

Cet endroit a été également filmé. Un autre film tourné le 13 juillet, des réfugiés cherchent leurs biens dans les ruines, le même film chez Gettyimages en 18:10:14;24.

Un dessin de la même scène :

Source: page 84 de ce livre .

Une peinture de la même scène:

Source page 207 de ce livre .

J'ajoute cette photo acquise en mai 2012 (Collection Philippe Bauduin). Un convoi allié (une Jeep, un camion Ford C60L et un Daimler Dingo) contourne le cratère d'une bombe pour remonter la rue de Bayeux.

A rapprocher de la p011896 et p000006, voir le montage ci-dcessous .

Source, page 162 de ce livre, le bull blindé de dos au centre de la rue.

Remarquer le bulldozer blindé sur les 4 photos.

Source. Au mêm endroit, des soldats canadiens, deux hommes portent des bottes de la RCAF , en arrière-plan à gauche une flèche de Saint Etienne.

J'ajoute également, cette copie d'écran de ce film qui montre que les sapeurs canadiens ont fait sauter une munition non explosée dans la rue de Bayeux d'où le trou visible sur les photos ci-dessus.

Captures d'écran du film colorisé 6 juin, A la Lumière de l'Aube.

J'ajoute en juillet 2015 cette photo de la Collection R. Tesnière récemment acquise. Repérages.

MAJ en décembre 2015, en effet un livre récemment acquis permet d'apporter des informations supplémentaires à cet article

1- le numéro du Panther est 416 et non 418, l'auteur ayant un tirage de meilleure qualité !

2- une photo inédite d'un second Panther de la même 4.Kompanie avec comme légende:

 

 

 

 

 

 

Photographie inédite prise au même endroit montrant un second Panther Ausf. G, suivant ou précédant le "416". Le numéro de tourelle n'est pas visible. Le tube du canon de 7,5 cm a deux anneaux de victoires peints en blanc et une inscription près du masque, peut-être un prénom féminin, "Christi"? Cet engin tout comme le "416", appartenait à la 4.Kompanie du Ltn. Pohl jusqu'au 6 juillet, date à laquelle cette unité est retirée du front pour être reconstituée à Saint-Aubin-d'Ecrosville dans l'Eure. Il fait partie des Panther cédés à la Stabskompanie de la I./SS-Pz.Rgt.12 pour être attribués à l'Aufklärungszug du Ltn. Fiala. (S. Cazenave.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajout en mai 2017. Photo prise devant le N°16 rue de Bayeux juste en aval des immeubles détruits, les gravats encombrent encore la chaussée, des soldats canadiens et des civils poussent l'attelage. De nos jours.

Séquence filmée de 8:34 à 8:44

 

Remerciements: à Philippe Bauduin, à Claude Demeester, à Stephan Cazenave, à Bernard Paich, à Michaël Biabaud et à François Robinard.

RETOUR INDEX GENERAL