RESISTANCE

Élise GUERIN  (1895-1967)

 

    Élise Guérin, veuve, tient un café et une pension de famille rue de Vaucelles (en rouge) à Caen. Son établissement est devenu, en 1943, le lieu de rendez-vous des principaux dirigeants calvadosiens du Front national et des FTP.

    A la suite des aveux obtenus d'un jeune résistant arrêté quelques jours plus tôt, la Gestapo fait irruption dans le café Guérin le 8 décembre 1943 et y tend une souricière dans laquelle vont tomber en quelques jours la plupart des responsables de la Résistance communiste du département.

    Internée à Caen, puis à Romainville, Élise Guérin est déportée le 2 mars 1944. Après avoir connu les prisons d'Aix-la-Chapelle. Hanovre et Hambourg, elle est transférée à Ravensbrück, puis à Mauthausen, en mars 1945, où elle est libérée le mois suivant.

 

Sources :

Jean Quellien

et

RETOUR INTRO RESISTANCE