RESISTANCE

SOURCES: Collection Résistance et Mémoire

Armand HUET né en 1909

 

Ancien ouvrier du bâtiment, entré à la SNCF, Armand Huet est militant à la CFTC depuis le début des années 1930. A la  veille de la guerre, il travaille à la gare de Vire et dirige l'Union locale des syndicats chrétiens. Après la dissolution des confédérations syndicales par Vichy , en novembre 1940, il participe à la reconstitution clandestine de la CFTC.

Nommé à Argentan (Orne) en 1942, il fait volontairement dérailler une locomotive en gare : ce qui lui vaut un blâme et une mutation à Caen, fin 1943. Armand Huet s'engage dans la Résistance au sein du réseau Le Courrier de Londres, mais travaille également avec les mouvements OCM et Libération-Nord et le réseau Cohors-Asturies, en liaison avec Alexis Lelièvre . Grâce aux opportunités que lui offre sa profession, il relève de nombreux renseignements sur les défenses allemandes lors de ses déplacements.

Au cours de l'été 1943, Armand Huet s'élève résolument au sein de la CFTC, divisée sur ce point, contre la mise en place de syndicats uniques, comme le souhaite le gouvernement de Vichy, au nom de la défense du pluralisme syndical.

En février 1944, le Comité national des organisations syndicales chrétiennes lui confie la mission de faire une tournée dans les principales villes de l'Ouest, afin de relancer l'action de la CFTC et de rechercher les responsables susceptibles de représenter l'organisation syndicale dans les Comités départementaux et locaux de libération alors en formation.

Armand Huet siège lui-même, comme représentant de la CFTC, au sein du Comité départemental de libération du Calvados, après sa sortie de la clandestinité, en juillet 1944. II devient également secrétaire de l'Union départementale, en remplacement d'Émile Garnier (22 ans en 1940, ouvrier d'usine - Organisation : Arc-en-Ciel - Domicile : Vire), et le restera jusqu'en 1953.

 

Sources:

Archives de Jean Quellien

RETOUR INTRO RESISTANCE